Salvatore Sampino

Technicien du Laboratoire R&D
Tanneries Roux

Mon Métier d’Excellence ?

Je suis Technicien du Laboratoire Recherche & Développement des Tanneries Roux, où je suis chargé de créer des nouveaux types de cuirs. Concrètement, cela consiste à imaginer de nouvelles textures, des reliefs, des effets, pour repousser les limites du cuir de veau classique que les Tanneries Roux produisent habituellement. Nous travaillons pour des Maisons du groupe LVMH comme Louis Vuitton, Berluti, Christian Dior, Fendi ou Loewe en leur proposant nos innovations ou en répondant à des commandes de leur part.

Mon parcours ?

Je suis arrivé dans ce milieu par hasard : j’aime beaucoup la peinture et j’ai été carrossier-peintre pendant un temps, avant de m’en lasser car la matière ne m’intéressait pas vraiment. J’ai eu l’opportunité de rejoindre les Tanneries Roux il y a 31 ans en tant que Coloriste-Ameublement et cela m’a plu, à tel point que je n’ai jamais quitté l’entreprise. Je suis ensuite devenu Chef de Service, avant de commencer à occuper mon poste actuel en 2006.

Ce qui me fait vibrer dans mon métier ?

L’innovation. J’adore le fait que chaque jour on puisse trouver de nouvelles idées pour faire évoluer le cuir. C’est une valeur que nous partageons tous chez LVMH et également au sein de LVMH Métiers d’Art, qui rassemble des manufactures d’exception partout dans le monde et dont Tanneries Roux fait partie : innover pour inventer les savoir-faire et les matières du luxe de demain. Ensuite, j’aime aussi beaucoup la matière cuir : elle est vivante et le champ des possibles est infini. L’imagination ne s’arrête jamais et c’est très gratifiant de travailler pour des Maisons de luxe en rendant le cuir si beau.

Les principales qualités pour faire ce métier ?

Il faut être très minutieux pour prendre soin des cuirs, et avoir de l’imagination : avoir des idées est le cœur de mon métier dans l’innovation. Je m’inspire beaucoup de la nature ainsi que des autres matières et de leurs innovations, comme en retranscrivant l’aspect de métal rouillé sur un cuir par exemple. Ensuite, avoir un bon œil est essentiel pour reconnaître les couleurs car les demandes sont toujours très précises et il faut donner au cuir exactement la teinte demandée.

Une anecdote ?

Nous devions recréer le fameux cuir de Russie pour la Maison Moynat, ce qui n’était pas une mince affaire : ce type de fabrication n’existait plus depuis des décennies et pour lui redonner vie, nous avons pu nous inspirer d’un cuir de plus de 200 ans qui était resté englouti sous l’eau dans un bateau naufragé. Ce fut un challenge énorme que nous avons relevé avec succès et qui a donné naissance à une collection entière de la Maison en 2016.