Dom Pérignon et la restauration de l’abbaye Saint-Pierre d’Hautvillers

Empreinte économique

© DR

Dom Pérignon, en concertation avec les Bâtiments de France, a fait appel à des artisans locaux pour restaurer l’abbaye Saint-Pierre d’Hautvillers, berceau de la Maison de champagne.

C’est à l’abbaye Saint-Pierre d’Hautvillers que le moine Pierre Pérignon perfectionna l’assemblage du vin de champagne au XVIIe siècle, qu’il assure être « le meilleur du monde »  et qui, au travers des siècles, n’a jamais failli à sa réputation.

Quatre siècles plus tard, la Maison Dom Pérignon soutient une campagne de restauration minutieuse – trois ans de préparation et neuf mois de travaux – de l’abbaye pour rendre toute sa splendeur à l’édifice.

En 2009, Dom Pérignon commande une étude préalable à François Chatillon, architecte en chef des Monuments Historiques. Le cloître et le portail Sainte-Hélène étant classés, les Bâtiments de France et la Maison de champagne ont œuvré ensemble pour superviser les nouveaux aménagements.

Dom Pérignon choisit des maître-artisans et des matériaux locaux pour effectuer les travaux. Par exemple, pour restaurer la porte de l’abbaye, l’architecte des Bâtiments de France s’est inspiré d’une porte du XVIIe siècle, située à Châlons-en-Champagne. Après plus de dix-huit mois de recherches et de préparation, cette pièce spectaculaire a exigé trois mois de rénovation par deux Compagnons du Devoir qui l’ont façonnée en chêne, issu de forêt ardennaise, grâce à des outils spécialement fabriqués pour reproduire les moulures originelles.

Quant à la galerie du cloître, quatre tailleurs de pierre y ont œuvré selon les méthodes du XVIIe siècle. Plus de 3 350 heures de travail sur le site et 1 900 heures en atelier ont été nécessaires pour enduire et sculpter les contreforts du cloître, consolider les voûtes, refaire les sols, créer l’escalier extérieur. Toutes les pierres nécessaires à la restauration ont été extraites de carrières de l’Yonne et de la Meuse. Les pièces maîtresses de la charpente et de la couverture ont été remises en état à l’identique et la couverture refaite avec des tuiles de Falempin.

Patiemment restauré, Saint-Pierre d’Hautvillers reste fidèle à sa vocation de lieu de création et de mémoire de Dom Pérignon.

Les autres initiatives Empreinte économique