DOSSIER D’ACTUALITÉ

Transmission & Savoir-faire

Tandem Créateur – Maison de Mode

D’un côté, des Maisons de mode légendaires, de l’autre, un vivier de talents artistiques. Entre eux : un savant équilibre, une alchimie. Celle qui permet à nos griffes de se réinventer en permanence, dans le respect de leur identité.

Une subtile alchimie

Chez LVMH, l’avant-garde fidèle au patrimoine est bien l’enjeu essentiel. Il requiert de se placer en visionnaire pour conserver toujours une longueur d’avance. Lorsqu’en 1996, l’atypique John Galliano est nommé Directeur artistique Femme de la Maison Dior, le tournant est audacieux, et historique : pour la première fois, il n’est plus seulement question de perpétuer l’héritage du couturier originel, mais bien d’apporter à une Maison un souffle inédit. C’est le début d’une nouvelle ère, celle de Directeurs artistiques exhortés à se réapproprier l’esprit, les valeurs et les codes d’une marque, subtile alchimie entre « toujours » et « maintenant » tout en y injectant leur propre vision pour susciter un désir inédit. Jongler entre stratégie à long terme et impact immédiat, telle est donc la question. Surtout dans l’univers de la mode où les cycles sont rapides. D’où les mouvements entre Maisons et Directeurs artistiques. Car eux aussi ont besoin de se nourrir, d’être nourris, de nourrir leur vision créative. Et quoi de mieux que de partir à l’assaut d’un nouveau territoire, d’une quasi page blanche ?

© Sophie Carre
© Sophie Carre

Le grand retour d’Hedi Slimane

L’arrivée d’Hedi Slimane, récemment nommé Directeur artistique de Celine, chargé en particulier d’étendre son univers à l’Homme, la Couture et les Parfums est, là-dessus, exemplaire. Dans les années 2000, il redessinait la silhouette de l’Homme Dior – ligne effilée, nette et minimaliste – bousculant l’allure masculine. Avec lui tout à coup, le costume, inspiré par la Nouvelle Vague des années 60, devenait séduction, aux antipodes de l’uniforme un peu « boring » auquel on avait jusqu’alors tendance à l’associer. Aujourd’hui, voilà ce Français résolument cosmopolite, installé à Los Angeles, de retour au sein de l’une des Maisons de LVMH… Après une décennie passée à aiguiser un flair hors norme en matière d’air du temps :  photographe de renom, nourri de musique – il a enchaîné livres et expositions, témoin clef en particulier de la scène punk rock. Personnalité multicarte, féru d’art contemporain, c’est riche d’une vision esthétique globale qu’il injecte désormais sa vision créative à la Maison Celine, guidé par l’histoire de la griffe. Une arrivée qui incarne bien cette volonté d’insuffler par le sens créatif d’un Directeur artistique un nouveau souffle à une Maison de mode iconique.

Hedi Slimane © DR Celine
Virgil Abloh © Fabien Montique

L’approche féminine

LVMH a récemment accueilli au sein de ses Maisons deux femmes d’exception, dont le regard, la sensibilité sur la couture, bouleversent les codes jusque-là établis par une vision peut-être plus masculine de la séduction. Formidable féministe du style, l’Italienne Maria Grazia Chiuri, armée d’un savoir-faire sans concession, est reconnue pour son talent à moderniser le précieux romanesque.

Givenchy SS19 © DR Givenchy
Dior SS19 © DR Dior

Depuis 2016, son approche cultivée, son intérêt pour les femmes de caractère, son sens de l’artisanat, nourrissent chacune de ses collections chez Dior, où elle sait admirablement marier faste en héritage – puisant dans la formidable histoire de la Maison – et force plus actuelle. Avec elle, la griffe prend un tournant majeur, étendard d’une mode étoffée de références artistiques tout autant que d’une détermination à ne pas s’en laisser conter.

Maria Grazia Chiuri © Maripol
Clare Waight Keller © DR Givenchy

Imaginer une femme sujet plutôt qu’objet, c’est aussi, dans un registre très différent, ce à quoi aspire l’Anglaise Clare Waight Keller, qui depuis 2017 assure la Direction artistique de la Maison Givenchy , mettant en mouvement un chic plein d’aisance et d’épure. De fait, sa sensibilité réaliste, son sens de l’élégance la plus active, associés à l’aristocratique sensualité de la Maison produisent déjà des étincelles, en témoigne la robe de mariée de HRH The Duchess of Sussex Meghan Markle.

 

Liberté d’esprit

Après avoir inventé un nouveau cool masculin chez Louis Vuitton, Kim Jones a pris les commandes de Dior Homme*. Chez Louis Vuitton, son vestiaire, mélange inspiré de tailoring, de sportswear et de matières d’excellence, a su donner le ton d’une allure sans frontière associée au voyage, passion qu’il partageait avec le malletier. Sa première collection Dior, elle, raconte une tout autre histoire, en phase avec sa propre évolution et celle de l’identité d’une Maison plus ancrée dans un certain classicisme :  à coup de glamour rehaussé tout à la fois de notes romantiques et de touches d’humour, mais aussi d’une maîtrise parfaite de la coupe teintée d’influences vintage – l’une de ses passions – Kim Jones y décline une garde-robe où le respect des usages se plaît à flirter avec une actualité plus libre. Formé à la Central Saint Martins de Londres (pépinière de talents créatifs avec laquelle LVMH a noué un partenariat de longue date), le créateur est aussi marquant sur le devant de la scène qu’en coulisses : homme d’équipe et de terrain, il n’hésite pas à interroger directement les clients dans les magasins, et s’implique avec passion. Il a, de fait, choisi de ne pas conserver sa propre marque, préférant l’extraordinaire terrain de jeu des grandes Maisons.

Kim Jones and models © Brett Lloyd

Autre évolution scrutée depuis juin 2018 : celle de l’Homme Louis Vuitton, désormais entre les mains de l’Américain Virgil Abloh*. Finaliste en 2015 du LVMH Prize, architecte de formation, DJ passionné, fondateur de la it-marque Off-White et virtuose de l’allure street-chic-sport, Virgil Abloh possède une créativité innée et une approche avant-gardiste avec son sens du look, sa capacité à saisir les tendances d’aujourd’hui et à les mixer comme personne… À l’heure où la mode fait exploser les cultures, les genres, qui mieux que lui pour booster un vestiaire ouvert à tous les vents du voyage ? Si sa nomination, comme sa première présentation, ont créé le buzz, son sens des mélanges et du mouvement, ses carrures empreintes d’énergies d’ici et d’ailleurs, son approche des couleurs vibrantes, s’imposent, elles, résolument pérennes, vêtements complices, bagages, comme autant de traits affirmés de personnalité. Virgil Abloh ou l’art de mixer les codes du streetwear et ceux du luxe.

© Sophie Carre

« Chaque cas est un cas à part. Pas de règle, seulement des exceptions. »

Chaque cas est un cas à part. Pas de règle, seulement des exceptions : en la matière, on pourra encore découvrir en janvier 2019, chez Berluti, la signature de Kris Van Assche qui, après onze ans passés à la tête de Dior Homme (où il succédait à Hedi Slimane) reprend les rênes d’une Maison dont la tradition with a twist est une marque de fabrique et de reconnaissance. Sa longue maîtrise du tailleur taillé au plus précis, sa grande attention aux détails, son amour d’un savoir-faire qu’inlassablement il tient à réactualiser, font de lui le candidat idéal pour élargir avec rigueur et intelligence l’horizon d’une griffe historique, venue voilà à peine 7 ans à la mode, qu’il s’agisse de sur mesure ou de prêt-à-porter.

© DR Berluti

Pour mettre en musique leurs envies, leur vision, les Directeurs Artistiques des Maisons peuvent compter sur d’autres talents, davantage dans l’ombre certes, mais tout aussi indispensables… Chefs d’orchestre, les Directeurs artistiques du Groupe disposent en effet d’un atout précieux : les artisans, femmes et hommes passionnés, dont l’expertise et l’expérience sont incontournables pour concrétiser leur vision. Regards croisés d’archives et d’inspirations qui font battre le cœur de LVMH. Comme celui d’une clientèle désireuse de rêver.