THÉLIOS

C’est par la mise en commun de leur savoir-faire que LVMH et Marcolin ont créé Thélios. Avec sa vision ambitieuse, l’eyewear devient accessoire incontournable et vit au rythme des collections de prêt-à-porter des Maisons pour répondre aux attentes des nouveaux consommateurs.

Cette co-entreprise inédite se structure autour de trois missions clés :

  • La collaboration étroite avec chacune des Maisons partenaires, dans le respect de leur identité
  • L’excellence à chaque étape de la production, mêlant savoir-faire et innovation
  • La qualité de l’expérience client, avec un contrôle de la distribution dans sa globalité

Thélios s’inscrit aussi dans une démarche pérenne, avec pour volonté de favoriser l’emploi : en France et dans la région italienne de Longarone, réputée pour son savoir-faire lunettier, où son nouveau site de fabrication est implanté.

Retour sur l’évènement Future LIFE : 25 ans d’histoire Green chez LVMH

En 2017, LVMH a célébré les 25 ans de sa Direction de l’Environnement lors d’un événement exceptionnel baptisé « Future LIFE ».

© LVMH

En 1992, année du Sommet de la Terre, le groupe LVMH décide de créer une Direction de l’Environnement à part entière, rattachée directement à la Direction générale. Sa mission : fixer, pour le Groupe, des objectifs ambitieux en matière environnementale, et accompagner les Maisons dans leurs réalisations.

 

Future LIFE - Film rétrospectif

 

Introduite par Bernard Arnault, Président-directeur général de LVMH, la cérémonie a été rythmée par la présentation des engagements des Maisons du Groupe pour atteindre les quatre objectifs du programme LIFE 2020.  De nombreux Présidents étaient présents pour exposer la démarche de leur Maison, parmi lesquels, Michael Burke (Louis Vuitton), Chris de Lapuente (Sephora) ou encore Philippe Schaus (Moët Hennessy). Bertrand Piccard, Président de la Fondation Solar Impulse, ainsi que Tony Estanguet, co-Président du Comité de candidature Paris 2024, étaient également invités à s’exprimer. Autant d’interventions mettant en lumière les initiatives pionnières mises en place par LVMH et la grande importance accordée au développement durable dans la stratégie du Groupe et des Maisons.

« En intégrant l’impératif écologique comme source d’innovation, nous en avons fait très tôt un levier dans notre stratégie de croissance. Depuis 25 ans, le groupe LVMH est fier d’être précurseur. Il s’engage à le rester. » affirme Bernard Arnault, Président-directeur général du groupe LVMH.

Future LIFE - Best of

En lançant le programme LIFE en 2012, le groupe LVMH accélère sa stratégie liée à l’environnement et l’écologie, initiée dès 1992. Socle de la démarche environnementale du Groupe, LIFE couvre les filières de production, d’approvisionnement, de vente et de conception des 70 Maisons du Groupe. Initiative de grande ampleur, LIFE concerne l’ensemble des 145 000 collaborateurs du Groupe.

Dans le cadre de ce programme, le Groupe se dote en 2015 d’un fonds carbone interne, levier majeur pour réduire de 25 % les émissions de gaz à effet de serre de LVMH et de ses Maisons et ainsi contribuer à l’effort international pour limiter la hausse des températures. Résultats : plus de 6 millions d’euros de projets ont été retenus !

Aujourd’hui, LVMH réaffirme sa volonté de faire de l’impératif écologique un levier de croissance en enrichissant le programme LIFE de nouveaux objectifs à l’horizon 2020. Cet engagement fort s’articule autour de quatre piliers, représentant l’ensemble des métiers du Groupe : produits, filières, CO2 et sites. Les niveaux de performance à atteindre pour chaque pilier sont les suivants :

Objectif produits : soucieux d’agir sur l’impact environnemental de la création des produits, le Groupe souhaite d’ici 2020 améliorer la performance environnementale de tous ses produits, prenant en compte l’intégralité de leur cycle de vie.

Objectif filières : être encore plus attentif à la traçabilité et à la conformité des matières premières utilisées pour créer des produits d’excellence, tout en préservant les ressources naturelles, en déployant les meilleurs standards dans 70 % des filières.

Objectif CO2 : réduire les émissions de CO2 de 25 % d’ici 2020 en poursuivant les initiatives mises en place pour lutter contre le dérèglement climatique. Pionnier d’un mouvement en 2002, le Groupe a mis en place la réalisation de Bilans Carbone. En 2015, LVMH poursuit cette démarche avec le lancement du Fonds Carbone à l’occasion de la COP21.

Objectif sites : pour chacun des sites, réduire de 10 % au moins l’un des indicateurs tels que la consommation d’eau, celle d’énergie et la production de déchets. Les Maisons ont également à charge d’améliorer de 15 % l’efficacité énergétique.

Future LIFE - Présentation de LIFE 2020

Nouvelle étape franchie, LIFE 2020 donne une vision claire aux Maisons du Groupe, renforce leur capacité d’action et se révèle porteur d’une énergie créatrice en devenant une source d’opportunité, un levier d’innovation et de développement, favorisant également le rapprochement des équipes.

Politique Ethique & Conformité de LVMH

Leader dans son secteur, LVMH a un devoir de responsabilité et d’exemplarité. C’est pourquoi le groupe LVMH a adhéré, dès 2003, au Pacte Mondial des Nations Unies. Ce dernier, ainsi que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, ont inspiré la rédaction du Code de Conduite adopté par le Groupe en 2009 et diffusé à l’ensemble de ses collaborateurs.

© LVMH

En 2017, LVMH renforce ce dispositif et révise son Code de Conduite afin de réaffirmer les convictions et les principes éthiques qui le guident. Ce Code rappelle l’ensemble des principes que le Groupe doit mettre en œuvre dans la conduite de ses affaires. Il rassemble les règles que chaque collaborateur doit suivre dans l’exercice de ses fonctions et responsabilités, mettant en particulier l’accent sur l’intégrité exigée de tous. Il garantit, enfin, la cohérence et l’amélioration continue des pratiques dans l’ensemble des Maisons.

Il s’articule autour de 6 grands principes :

  • Agir de manière responsable et solidaire ;
  • Offrir un environnement de travail épanouissant et valoriser les talents ;
  • S’engager pour la préservation de l’environnement ;
  • Mériter la confiance des clients ;
  • Mériter la confiance des actionnaires ;
  • Concrétiser et promouvoir l’intégrité dans la conduite des activités.

La Charte Environnement et le Code de Conduite Fournisseurs ainsi que les divers principes directeurs et chartes internes constituent les déclinaisons de ce Code dans des domaines spécifiques.

L’ensemble du dispositif est une réponse forte à l’enjeu de responsabilité éthique de l’entreprise en général et réaffirme la place qu’un groupe tel que LVMH se doit d’occuper au sein de la société.

Code de Conduite LVMH

Code de Conduite Fournisseurs LVMH

Politique Ethique & Conformité de LVMH

Leader dans son secteur, LVMH a un devoir de responsabilité et d’exemplarité. C’est pourquoi le groupe LVMH a adhéré, dès 2003, au Pacte Mondial des Nations Unies. Ce dernier, ainsi que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, ont inspiré la rédaction du Code de Conduite adopté par le Groupe en 2009 et diffusé à l’ensemble de ses collaborateurs.

© LVMH

En 2017, LVMH renforce ce dispositif et révise son Code de Conduite afin de réaffirmer les convictions et les principes éthiques qui le guident. Ce Code rappelle l’ensemble des principes que le Groupe doit mettre en œuvre dans la conduite de ses affaires. Il rassemble les règles que chaque collaborateur doit suivre dans l’exercice de ses fonctions et responsabilités, mettant en particulier l’accent sur l’intégrité exigée de tous. Il garantit, enfin, la cohérence et l’amélioration continue des pratiques dans l’ensemble des Maisons.

Il s’articule autour de 6 grands principes :

  • Agir de manière responsable et solidaire ;
  • Offrir un environnement de travail épanouissant et valoriser les talents ;
  • S’engager pour la préservation de l’environnement ;
  • Mériter la confiance des clients ;
  • Mériter la confiance des actionnaires ;
  • Concrétiser et promouvoir l’intégrité dans la conduite des activités.

La Charte Environnement et le Code de Conduite Fournisseurs ainsi que les divers principes directeurs et chartes internes constituent les déclinaisons de ce Code dans des domaines spécifiques.

L’ensemble du dispositif est une réponse forte à l’enjeu de responsabilité éthique de l’entreprise en général et réaffirme la place qu’un groupe tel que LVMH se doit d’occuper au sein de la société.

Code de Conduite LVMH

Code de Conduite Fournisseurs LVMH

Politique Ethique & Conformité de LVMH

Leader dans son secteur, LVMH a un devoir de responsabilité et d’exemplarité. C’est pourquoi le groupe LVMH a adhéré, dès 2003, au Pacte Mondial des Nations Unies. Ce dernier, ainsi que la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, ont inspiré la rédaction du Code de Conduite adopté par le Groupe en 2009 et diffusé à l’ensemble de ses collaborateurs.

© LVMH

En 2017, LVMH renforce ce dispositif et révise son Code de Conduite afin de réaffirmer les convictions et les principes éthiques qui le guident. Ce Code rappelle l’ensemble des principes que le Groupe doit mettre en œuvre dans la conduite de ses affaires. Il rassemble les règles que chaque collaborateur doit suivre dans l’exercice de ses fonctions et responsabilités, mettant en particulier l’accent sur l’intégrité exigée de tous. Il garantit, enfin, la cohérence et l’amélioration continue des pratiques dans l’ensemble des Maisons.

Il s’articule autour de 6 grands principes :

  • Agir de manière responsable et solidaire ;
  • Offrir un environnement de travail épanouissant et valoriser les talents ;
  • S’engager pour la préservation de l’environnement ;
  • Mériter la confiance des clients ;
  • Mériter la confiance des actionnaires ;
  • Concrétiser et promouvoir l’intégrité dans la conduite des activités.

La Charte Environnement et le Code de Conduite Fournisseurs ainsi que les divers principes directeurs et chartes internes constituent les déclinaisons de ce Code dans des domaines spécifiques.

L’ensemble du dispositif est une réponse forte à l’enjeu de responsabilité éthique de l’entreprise en général et réaffirme la place qu’un groupe tel que LVMH se doit d’occuper au sein de la société.

Code de conduite LVMH

Code de Conduite Fournisseurs LVMH

LVMH crée un fonds carbone interne

Pour la première fois de son histoire, LVMH met en place en novembre 2015 un fonds carbone interne. Objectif : créer un cercle vertueux pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre du Groupe et de ses Maisons et contribuer ainsi à l’effort international pour limiter la hausse des températures.

© LVMH

Le groupe LVMH met en place, pour la première fois de son histoire, un fonds carbone interne d’ores et déjà estimé à plus de 5 millions d’euros. Ce fonds sera financé par la contribution de chaque Maison, calculée en fonction des émissions de gaz à effet de serre générées par leurs activités et plus spécifiquement en fonction des consommations énergétiques de leurs sites de production et magasins. Les projets financés par ce fonds seront par exemple des investissements dans des équipements de réduction des consommations d’énergie (LED, climatisation) ou de production d’énergies renouvelables à l’échelle internationale.

« C’est la nature qui fournit les plus belles matières utilisées au cœur de nos métiers, que sont la viticulture et l’œnologie, la création de parfums et cosmétiques, la mode et maroquinerie, la joaillerie. Toutes nos Maisons ont intégré la performance environnementale à leur stratégie de croissance comme l’innovation, la créativité ou la qualité. Le respect de l’environnement est aujourd’hui une nécessité et un levier de progrès.», déclare Bernard Arnault, Président du groupe LVMH.

LVMH crée un fonds carbone interne

Le prix de la contribution des Maisons sera de 15 euros/tonne, ce qui le situe dans la norme des pratiques actuelles. Ce prix pourra être revu chaque année. Le fonds carbone prendra effet dès 2016.

Le fonds carbone LVMH est une étape supplémentaire dans la mise en place du programme LIFE (LVMH Initiatives For Environment) créé en 2013 par le groupe pour intégrer l’environnement dans les processus managériaux de chaque Maison. Il s’inscrit dans l’ensemble des actions engagées par le Groupe en vue de la COP21, dont LVMH est l’un des partenaires.

Des Maisons portées par de nouvelles énergies !

Soleil, vent, terre, mer, végétaux : d’où qu’elles viennent, les énergies renouvelables ont en commun d’engendrer très peu (voire pas) d’émissions polluantes. Cela les met au cœur de la transition énergétique mondiale… et leur donne une place de choix dans la politique environnementale de LVMH. Parmi les Maisons du Groupe, quelques-unes sont en pointe sur le sujet, comme TAG Heuer et Loro Piana.

© Loro Piana

L’énergie solaire de TAG Heuer

TAG Heuer est l’un des partenaires fondateurs de la FIA Formula E, le championnat du monde de voitures 100 % électrique créé en 2014. Une démarche directement liée à l’engagement environnemental de la Maison, né il y a une dizaine d’années et qui se concrétise notamment par un recours croissant aux énergies renouvelables. TAG Heuer a par exemple équipé sa manufacture de La Chaux-de-Fonds de l’une des plus grandes installations photovoltaïques de Suisse Occidentale. Les 777 m2 de capteurs installés sur les toits produisent 108 000 kWh d’électricité par an, soit l’équivalent de la consommation de près de 40 familles.

© TAG Heuer

La production durable de Loro Piana

Fabriquer du textile est très énergivore. Mais aujourd’hui, 45 % de la consommation annuelle d’électricité de Loro Piana est produite en interne, dont 4 % à partir de sources renouvelables. La Maison a installé 11 000 m2 de panneaux photovoltaïques sur quatre de ses six sites italiens, ce qui lui permet d’éviter d’émettre chaque année 750 tonnes de CO2 . Elle s’est aussi équipée en 2013 d’un système de cogénération d’électricité et de chaleur, avec, à la clé, une baisse de 30 % des émissions de gaz à effet de serre. En 1994, Loro Piana est même devenue le premier acteur de l’industrie textile à investir dans une turbine à gaz naturel. Les deux installations produisent  14 500 MWh d’électricité et 20 000 MWh d’énergie thermique… et délestent l’atmosphère de 2 250 tonnes de CO!

© Loro Piana

Construction : quand bâtiment rime avec environnement

Le secteur du bâtiment est le troisième plus gros émetteur mondial de gaz à effet de serre. Ce constat a poussé LVMH à intégrer le critère environnemental dans la conception de ses sites, qu’il s’agisse d’entrepôts, de boutiques ou de bureaux. Zoom sur deux réalisations remarquables nées de cette politique.

Le bouteiller enterré du Château d’Yquem © Château d’Yquem

L’entrepôt pionnier de Louis Vuitton

En 2007, Louis Vuitton a ouvert à Cergy-Pontoise un nouvel entrepôt international baptisé Eole. Sa particularité ? C’est le premier bâtiment de logistique en France à avoir été construit selon une démarche HQE dans le cadre d’un projet pilote. Eole est économe en énergie (40 % de consommation d’énergie économisée en quatre ans), grâce notamment à l’utilisation de la géothermie, à la large place laissée à l’éclairage naturel, ainsi qu’à l’implication de tout le personnel du site. Et il va le devenir plus encore, puisqu’après avoir obtenu en 2009 la certification environnementale ISO 14001 pour son entrepôt, Louis Vuitton vise maintenant son équivalent américain LEED. La Maison continue donc à améliorer le profil environnemental d’Eole, prévoyant par exemple de remplacer l’éclairage traditionnel par du LED et d’installer neuf lampadaires photovoltaïques à l’entrée du site.
En savoir plus sur Eole ici.

Eole © Louis Vuitton

Le bouteiller enterré du Château d’Yquem

Construire un bouteiller rationnel, sain, sécurisé et sobre en énergie sur son site historique et classé était un défi de taille, que Château d’Yquem a relevé avec succès ! Pour minimiser l’impact visuel du projet, le nouvel espace de stockage du vin a été enterré. Quant à sa construction, elle a fait l’objet d’une démarche certifiée HQE. Résultat : le bouteiller affiche aujourd’hui une consommation électrique très faible, de l’ordre de 4,16 KWH par m2 et par an. Les clés du succès ? Des  efforts faits sur l’enveloppe du bâtiment (avec par exemple une forte épaisseur d’isolant à base de billes de verre), des installations innovantes qui rendent inutiles le chauffage et la climatisation et un éclairage fluorescent géré par zone avec détecteurs de présence.

© Château d’Yquem

Une logistique à la hauteur des enjeux climatiques

Depuis 2002, LVMH a réalisé le bilan carbone de la plupart de ses Maisons et pu ainsi mesurer le poids de la logistique dans ses émissions de gaz à effet de serre. D’où les nombreuses actions menées ces deux dernières décennies au sein du Groupe pour acheminer les marchandises en conjuguant performance opérationnelle et excellence environnementale, sur les courtes comme sur les longues distances. Illustrations.

© Guerlain

Les logistiques responsables de LVMH Fragrance Brands et Louis Vuitton

Pour réduire l’impact de sa logistique sur le climat, LVMH Fragrance Brands privilégie désormais systématiquement le transport de ses produits par bateaux plutôt que par avion. Entre 2014 et 2015, ses filiales chinoise et mexicaine ont ainsi réduit le tonnage aérien de 37 %. Sur la même période, le ratio air-mer moyen de l’entité est passé de 56,6 % à 63,7 %.

Comme LVMH Fragrance Brands, Louis Vuitton Est engagée depuis de longues années en faveur d’une logistique responsable, la Maison a vu sa politique consacrée en 2013 : elle a obtenu la certification environnementale ISO 14 001 pour sa chaine d’approvisionnement Maroquinerie et Accessoires, devenant la première société au monde dotée d’une « green supply chain ».

© Louis Vuitton

Les livraisons vertes de Guerlain, Parfums Christian Dior et Sephora

Guerlain n’est pas reste en matière d’innovation mondiale. Depuis mai 2014, la Maison teste en effet un parcours routier zéro émission pour approvisionner 17 boutiques parisiennes. Le projet est mené en partenariat avec Speed Distribution Logistique et Renault Trucks, fournisseur d’un camion de livraison expérimental 100 % électrique. Il a déjà permis d’éviter l’émission dans l’atmosphère de sept tonnes de CO2 en un an.

Les livraisons vertes ont également séduit Sephora. En France, 60 % de ses points de vente sont installés en centre ville et les contraintes de circulation urbaine compliquent leur approvisionnement.  D’où le choix de la Maison : avec le concours des Transports Deret, elle a opté en 2009 pour une livraison « du dernier kilomètre » par camion 100 % électrique. Une démarche qui concernait 31 000 livraisons en 2013 et qui se décline désormais en Chine.

De son côté, Parfums Christian Dior a passé à l’été 2015 un accord avec l’entreprise de transport Valet, afin d’assurer la livraison de ses points de vente de Paris intra-muros avec des véhicules au gaz naturel. Tous les clients parisiens de la Maison bénéficient ainsi de livraisons propres.

© Agence Vu pour Sephora

Véhicules : il y a de l’électricité dans l’air !

En se déplaçant en véhicules électriques, les délégués de la COP 21 veulent réaffirmer le rôle de la mobilité verte dans la lutte contre le changement climatique. Une conviction aujourd’hui bien ancrée chez LVMH, comme en témoignent les initiatives de deux Maisons viticoles du Groupe, Hennessy et Moët & Chandon.

Flotte verte Hennessy © Laurent Freyss

Une flotte verte pour Hennessy

Hennessy est engagée depuis de nombreuses années dans une démarche environnementale exigeante. Ce n’est donc pas un hasard si, en 2015, elle est devenue la société dotée de la plus grande flotte privée de véhicules électriques en France. La Maison a commencé à acquérir des voitures et fourgons verts en 2011. Une étude réalisée en 2014 lui a permis d’aller plus loin en démontrant que ses collaborateurs parcouraient surtout des distances inférieures à 100 km. Ces déplacements pouvaient donc être réalisés en autonomie électrique, avec à la clé 80 % d’émissions de CO2 en moins par rapport à une flotte thermique. Résultat ? Aujourd’hui, 80 % de la flotte d’Hennessy est composée de véhicules Renault et BMW fonctionnant à l’électricité.

Flotte verte Hennessy © Laurent Freyss

Des tracteurs électriques pour Moët & Chandon

La mobilité électrique ne concerne pas uniquement les déplacements, mais aussi l’appareil productif. En 2015, Moët & Chandon a intégré un quatrième tracteur T4E dans le parc  de son vignoble. Conçu par l’entreprise champenoise Kremer Énergie, ce véhicule est le premier tracteur enjambeur au monde 100 % électrique. Véritable innovation technologique, il a nécessité trois ans de mise au point et valu plusieurs prix à ses concepteurs. Son principal atout ? Il fonctionne sans carburant et n’émet aucun gaz à effet de serre, tout en répondant aux attentes techniques de Moët & Chandon, que ce soit pour le broyage ou la pulvérisation. Le T4E s’inscrit donc pleinement dans la démarche de viticulture durable de la Maison, qui compte bien étoffer encore sa flotte dans les prochaines années.

Tracteur T4E © Moët & Chandon