Veuve Clicquot : suivez le cycle de production du raisin

Vins & Spiritueux

·

Le vignoble champenois est situé à la limite nord de la culture de la vigne, avec une double influence climatique, océanique et continentale. La particularité de son sous-sol et de son relief expliquent également la pluralité des crus que compte l’appellation. Le vignoble de Veuve Clicquot couvre 393 hectares dont plus de 90 % sont classés en Grands Crus ou Premiers Crus. Un pied de vigne Veuve Clicquot demande beaucoup d’attention et de soin. Inscrite dans une démarche de viticulture durable, la Maison est garante du respect de l’environnement ainsi que de la santé et la sécurité de ses vignerons.  Un hectare de vigne nécessite de 380 à 420 heures de travail par an réparties entre le travail du sol, la taille, le liage ou encore la lutte contre les maladies. Ce n’est que lorsque le raisin a atteint sa maturité optimale, juste équilibre entre sucre et acidité, que les vendanges peuvent commencer. Pendant cette période, 45 personnes par hectares de vigne sont nécessaires pour  accomplir la récolte manuellement en une journée. La précieuse matière première est ensuite acheminée jusqu’aux pressoirs où elle sera transformée en moût. La Maison champenoise accorde une grande importance à la notion d’origine. C’est pourquoi avant même de débuter l’assemblage, elle procède à une vinification séparée par cépage, fraction et cru afin de disposer de la palette la plus large possible. 24 heures après le pressurage, les moûts sont ensemencés de levures naturelles pour déclencher la première fermentation alcoolique. Ce n’est qu’après 8 à 10 jours que les sucres se transforment en alcool et que l’on obtient les « vins tranquilles ». L’assemblage peut enfin commencer. Fédérée autour de Dominique Demarville, Chef de caves de la Maison, l’équipe des œnologues se réunit de début décembre à fin janvier pour déguster les vins de l’année. Chaque vin devra être affecté à la cuvée de l’année, à la réserve, au millésime s’il y a lieu, ou simplement écarté s’il ne convient pas aux critères de qualité de la Maison. Le champagne non-millésimé est une savante composition entre vins de la vendange de l’année et vins de réserve. Celui de la Maison, le Brut Carte Jaune, est assemblé à partir d’une soixantaine de crus différents (Grands Crus, Premiers Crus et autres crus), auxquels s’ajoutent entre 25 et 40 % de vins de réserve. Une alchimie qui s’exprime tout en nuances et garantit l’excellence et la personnalité des vins de champagne Veuve Clicquot. Après l’assemblage, le vin tranquille est mis en bouteilles avec une obturation provisoire. La deuxième fermentation transforme totalement le sucre en alcool. Sous l’action des levures, la magie de la méthode champenoise opère. Cette réaction chimique naturelle dégage du gaz carbonique rendant le vin effervescent. Le précieux nectar peut mûrir à l’abri de la lumière dans les crayères multiséculaires de la Maison. Situées à Reims, ces caves assurent des conditions optimales de vieillissement grâce à un taux d’humidité important et une température constante de 10-12°C. A la période de vieillissement succède le remuage, qui consiste à rassembler, grâce à une ou plusieurs rotations quotidiennes, le dépôt dans le goulot des bouteilles pour en faciliter l’extraction. Avant de museler les bouteilles définitivement, Veuve Clicquot procède à un dernier dosage, addition de sucre mêlé à un vin de réserve qui déterminera le type de champagne obtenu (brut, sec, demi-sec…). Après un repos supplémentaire de plusieurs mois pour parfaire le fondu des arômes, les bouteilles sont mirées et habillées : coiffe, collerette, étiquette et contre-étiquette.  Pour la totalité des étapes, la devise de Madame Clicquot : « Une seule qualité, la toute première » est respectée.