Ruinart choisit le sculpteur Jaume Plensa pour sa nouvelle réinterprétation artistique

Vins & Spiritueux

·

Après Erwin Olaf en 2016 ou encore Hubert Le Gall, Georgia Russel, Piet Hein Eek et Maarten Baas auparavant, Ruinart poursuit ses réinterprétations artistiques avec Jaume Plensa. Le sculpteur catalan livre sa vision de la Maison et rend hommage à l’œuvre de dom Thierry Ruinart, moine bénédictin érudit et oncle du fondateur de la Maison, Nicolas Ruinart.

Ruinart entretient depuis toujours une relation particulière avec l’art. Cette appétence entre dans la famille Ruinart lorsque dom Thierry Ruinart devient « maître ès Art » en 1674, à l’âge de 17 ans. Il publiera de nombreux ouvrages en latin et en français dont certains deviendront des références. Les liens avec le monde de l’art, eux, débutent au XIXe siècle. En 1896, la Maison de champagne Ruinart fait ainsi appel à l’illustrateur art déco artiste Alphonse Mucha.

© Ruinart

Pour signer sa nouvelle réinterprétation artistique et prolonger l’œuvre de Dom Thierry Ruinart, la Maison a choisi le sculpteur espagnol Jaume Plensa, connu pour ses silhouettes de corps humains assis ou agenouillés composées de lettres et explorant le rapport entre le mot et le corps humain.

L’œuvre qu’il a imaginée pour Ruinart est une sculpture qui décompose les ouvrages polyglottes de dom Thierry Ruinart et réunit signes et lettres provenant de huit alphabets différents. Chaque lettre en acier a été assemblée à la main pour donner une âme à ce témoin silencieux, ancré au sol comme l’est la vigne ou comme dom Thierry Ruinart l’était à ses racines champenoises.

© Ruinart

Jaume Plensa a aussi imaginé la nouvelle édition du coffret Ruinart Blanc de Blancs, limitée à 20 exemplaires. L’armature de cet écrin laisse passer la lumière pour révéler un flacon de Ruinart Blanc de Blancs, hommage à l’éclat rayonnant du chardonnay, cépage emblématique de la Maison.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.