Naissance de Dreamskin : la phase de conception

Parfums & Cosmétiques

·

Avant le lancement sur le marché d’un nouveau produit cosmétique, et avant même son industrialisation, plusieurs mois de développement sont nécessaires à sa mise au point. C’est dans les laboratoires de LVMH Recherche, entité de Recherche & Développement rattachée à LVMH, que les besoins exprimés par les différentes Maisons du secteur Parfums & Cosmétiques du Groupe sont transformés en solutions cosmétiques adaptées. Focus sur cette phase de conception amont avec Dreamskin, une nouveauté anti-âge globale révolutionnaire de Parfums Christian Dior basée sur ses recherches sur le vieillissement de la peau. Tout commence avec un « brief » du marketing, point de départ de tout développement produit. Pour Dreamskin, il s’agissait de créer un produit « peau parfaite sensation peau nue » dont l’action agirait également en profondeur. La philosophie de recherche de Parfums Christian Dior implique une triple préoccupation : le bénéfice du produit doit être perceptible par la consommatrice, une efficacité mesurée par les laboratoires et constatée par un dermatologue et ainsi apporter la promesse attendue pour emporter la préférence de la consommatrice par rapport aux propositions du marché. Lors de ce brief, des souhaits concernant la texture et le packaging du futur produit sont partagés avec LVMH Recherche. En effet, on n’aboutira pas à la même formulation suivant qu’il s’agisse d’une crème ou d’un fluide. Le respect de l’ADN de la Maison est également toujours au cœur des préoccupations préalables, garantissant une confidentialité optimale au sein de LVMH Recherche. A l’issue de cette première expression de besoin suit une période dite de maturation à l’issue de laquelle plusieurs pistes voient le jour. C’est à ce stade que débute la sélection des matières premières, actifs végétaux issus des Jardins Dior mais aussi molécules exclusives de qualité optimale développées spécifiquement pour la marque. Le processus de sélection est particulièrement sévère et  doit respecter un grand nombre d’exigences de qualité et de traçabilité. Après plusieurs itérations avec le marketing et le centre d’évaluation cosmétique, le développement à proprement parler peut commencer. Un maitre formulateur est chargé de mettre au point les essais. C’est un vrai travail d’orfèvre, une construction millimétrée dont l’objectif est de trouver un équilibre parfait entre plaisir, stabilité et efficacité de la formule. Ces trois dimensions sont indissociables : la dimension sensorielle est centrale mais doit toujours être cultivée au profit de l’efficacité. Les bénéfices doivent être visibles immédiatement mais également être approuvés sur le long terme. Chez Parfums Christian Dior, on parle même d’Art de la formulation. En moyenne, cela représente 2 à 6 mois de surveillance attentive pour obtenir pleine satisfaction. Pour Dreamskin, la colonne vertébrale de la formule repose sur un complexe unique de poudres biomimétiques, auquel est associé « l’opilia », actif identifié et mis au point par les chercheurs des Jardins Dior. L’exigence est telle qu’il aura fallu 300 essais et de nombreux échanges avec le centre d’évaluation cosmétique interne pour mettre au point ce produit avant-gardiste révolutionnaire. Ce challenge formulatoire a été un vrai travail d’équipe et a mobilisé l’ensemble des savoir-faire complémentaires des collaborateurs de la R&D. Pour optimiser la tolérance, une série de tests cliniques est enfin réalisée sur un échantillon de 50 à 100 personnes. Des tests consommateurs sont également menés, offrant des retours sur la perception du produit. Ce n’est qu’une fois ces étapes franchies que l’on obtient le feu vert permettant le lancement de la fabrication en quantité industrielle. La mise au point se fait sur 500g puis sur 50kg avant que la production soit lancée dans des quantités plus importantes ; une contrainte industrielle prise en compte dès le début de projet et que nous vous proposons de découvrir dès demain sur le site.