L’invitation à un voyage virtuel dans les secrets d’histoire de Dior, du Bon Marché et de Chaumet

LVMH

·

Si pendant le confinement, une pause s’impose, pourquoi ne pas en profiter pour prendre du recul et se remémorer son histoire ? C’est le choix qu’ont fait Dior, Le Bon Marché et Chaumet, en dévoilant la richesse de leur patrimoine à travers des dispositifs inédits sur les réseaux sociaux.

 

Il y a trois ans, Dior exposait ses plus belles pièces dans une exposition grandiose au Musée des Arts Décoratifs, à Paris. Pendant le confinement, la Maison propose à ses abonnés de (re)découvrir 70 ans d’histoire, des créations révolutionnaires de Monsieur Christian Dior à la poésie de Maria Grazia Chiuri, Directrice Artistique Femme de la Maison, en passant par le parcours des Directeurs Artistiques qui se sont succédé à la tête de la Maison de couture. À travers des robes haute couture iconiques, de précieuses photographies d’archives, des croquis de Monsieur Christian Dior, divers objets et multiples accessoires, le rêve prend forme, celui de l’élégance et de la beauté dans un total enchantement.

Les plus belles pièces de l’exposition sont à retrouver sur le compte Instagram de Dior. Les abonnés pourront également plonger dans les coulisses de la rétrospective grâce à une vidéo disponible sur la chaîne YouTube de la Maison et découvrir tous les secrets de son savoir-faire.

Le Bon Marché propose également à ses abonnés de revenir sur son histoire dans une série de vidéos publiées chaque semaine sur le compte Instagram du grand magasin. Présenté par le journaliste Stéphane Bern, chaque épisode relate chronologiquement le destin d’Aristide et Marguerite Boucicaut, fondateurs du Bon Marché et qui révolutionnèrent le commerce de détail dans la seconde moitié du XIXe siècle. Alors que l’achat était obligatoire lorsqu’un client passait la porte d’une boutique et que les prix n’étaient ni affichés, ni fixes, le couple Boucicaut a développé à l’époque les fondements du commerce tel que nous le connaissons aujourd’hui. « Au Bon Marché » fut le terrain de cette révolution, pour devenir le premier grand magasin du monde.

Découvrez sans plus attendre les deux premiers épisodes de cette série et plongez dans l’effervescence du Paris de la seconde moitié du XIXe siècle :

View this post on Instagram

Fondé en 1852 par Aristide et Marguerite Boucicaut, Le Bon Marché Rive Gauche est le premier grand magasin du monde toujours en activité. Le couple Boucicaut n’a cessé d’innover dans tous les domaines, cherchant inlassablement à devancer les attentes de la clientèle de la fin du XIXème siècle. ​ .​ Qui étaient ces deux fondateurs à l’esprit visionnaire ? D’où venaient-ils ? ​ . Aujourd’hui, @stephane.bern.officiel vous présente Aristide et Marguerite Boucicaut et vous conte les prémices de cette grande histoire dans le premier épisode de cette série, "Un extraordinaire destin"… ​🎞️ .​ Ouvrez l’œil, destination XIXème siècle ! Retrouvez @stephane.bern.officiel tous les weekends sur notre compte Instagram. ​ -​ LE BON MARCHE RIVE GAUCHE'S HISTORY BY @stephane.bern.officiel ​📽️ . ​ In 1852, Aristide and Marguerite Boucicaut created Le Bon Marché Rive Gauche, the world’s first still active department store. While they kept on anticipating their clients' expectations in the late 19th century, the Boucicauts never stopped innovating in many fields. ​ .​ Where did these two visionary minds come from and who were they ? Today, @stephane.bern.officiel introduces you to Aristide and Marguerite Boucicaut and tells you the first steps of this great story in this episode, "A extraordinary fate"… 🎞️ . ​ Stay tuned, we are taking you back to the 19th century! Every weekend, you will have an appointment with @stephane.bern.officiel on our Instagram account. ​ . . . #VuAuBonMarche #LeBonMarche #RestezChezVous​ . .​ . #Paris #RiveGauche #StaySafe #StayAtHome #StayHomeStaySafe #LeBonMarcheRiveGauche #stephanebern #patrimoine ​ ​

A post shared by Le Bon Marché Rive Gauche (@lebonmarcherivegauche) on

La Maison Chaumet, quant à elle, profite du confinement pour dévoiler les secrets de ses pièces les plus iconiques avec la série #ChaumetatHome. Douze des plus belles créations du patrimoine de la Maison de haute joaillerie française sont mises en lumière sur ses réseaux sociaux. Chacune d’entre elle incarne une page de l’histoire séculaire de Chaumet, de la première création par son fondateur Marie-Etienne Nitot, une boîte à souvenir en or et peinte à la main, à la modernité contemporaine des pièces actuelles comme Vertiges, « le diadème du XXIe siècle ». On y apprend le lien fort qui existait entre le Premier Empire français et Chaumet, l’impératrice Joséphine étant la première muse et cliente majeure de la Maison. Pour sa première apparition en tant qu’impératrice, Joséphine était couronnée d’un épi de blé qui inspira le célèbre diadème en épis de blé créé en 1811.

Deux nouvelles pièces sont dévoilées chaque semaine dans les Instagram stories de la Maison ainsi que sur ses autres réseaux sociaux.