La haute couture métaphysique chez Dior

Mode & Maroquinerie

·

Sensorielle et sensuelle, la haute couture Dior Printemps-Eté 2015 réinvente la « femme-fleur » sous le prisme d’une esthétique rétro-futuriste. Une collection qui reflète le style de Raf Simons, tourné vers le futur mais ancré dans le respect des héritages.

Pour présenter la dernière collection haute couture de Christian Dior, Raf Simons a imaginé un décor fait d’échafaudages et de miroirs, rythmé par des tons roses profonds, métaphore d’un style féminin, puissant et sensuel qui se construit et se compose au fil des saisons. La géométrie, les fleurs, la complexité au service d’une silhouette épurée sont les thèmes fétiches de la Maison que le créateur nourrit de références pop et d’expérimentations technologiques.

Lors de la présentation, les mannequins ont défilé telle une armée de silhouettes étranges et fascinantes issues d’un futur inspiré des œuvres de science-fiction du milieu du XXe siècle. Bottées de cuissardes en vinyle aux couleurs vibrantes et habillées de combinaisons brodées portées comme une seconde peau, manteaux recouverts de plastique et ensembles trapèze plissées, elles empruntent leur charme aux années 1950, leur audace aux années 1960 et leur liberté aux années 1970.

La magie de ce chassé-croisé d’époques s’opère aussi grâce à l’extrême attention portée aux détails, permise par l’excellence des ateliers de la Maison. Sur chaque vêtement, techniques et tissus traditionnels se mêlent aux matières les plus innovantes. Des manteaux en plastiques couverts d’imprimés façon tatouage se portent sur de minirobes du soir entièrement brodées de paillettes agrémentées par des colliers eux aussi en paillettes roses, argentées et rouges. Les fermetures sont en cuir laqué, les soies plissées habillées de rubans, la guipure rebrodée de différentes matières. Une richesse d’éléments à l’image de la richesse de style d’une femme Dior.