Féminité sauvage et antique pour la Collection Croisière 2018 de Dior

Mode & Maroquinerie

·

Dans le cadre du parc naturel Upper Las Virgenes Canyon Open Space, non loin de Los Angeles, Maria Grazia Chiuri a présenté sa première collection croisière en tant que Directrice Artistique des collections féminines Dior. Inspirée de peintures rupestres, cette collection 2018 traverse l’héritage de la Maison et donne un souffle nouveau à la féminité. 

C’est dans un décor désertique en Californie que Maria Grazia Chiuri a choisi d’installer le podium de son premier défilé croisière pour Dior. Pour cette collection, la Directrice Artistique des collections pour femme de Dior est partie de la ligne Ovale dessinée par Christian Dior en 1951, dont la forme rappelle une représentation féminine primitive telle la Vénus de Willendorf.  

© Christian Dior Couture

Guidée par cette inspiration et une idée à la fois sauvage et antique de la femme, Maria Grazia Chiuri instille dans sa collection une intuition chamanique et y fait l’éloge de l’instinct. Les loups, autrefois sur les peintures pariétales, se retrouvent sur des jacquards de soie sur lesquels l’ocre, presque couleur or, contraste avec le noir. Des empreintes de mains féminines deviennent des broderies de paillettes aux nuances terreuses. Les proportions et les longueurs s’ajustent à l’époque actuelle, le sport se mêle à la haute couture et la tradition devient abstraction ornementale.

© Mona Kunh

La collection se nourrit de multiples influences comme les œuvres de l’artiste peintre américaine Georgia O’Keeffe ou encore de la guérisseuse chamane féministe Vicki Noble, pour donner un nouveau souffle à l’art de la divination si cher à Monsieur Dior.