Dior présente sa collection Croisière 2025 dans le Pertshire en Écosse

Mode & Maroquinerie

·

En 1955, Monsieur Dior voyageait en Écosse pour présenter ses créations dans la salle de bal de l’hôtel Gleneagles. Pour la collection croisière 2025, c’est au tour de Maria Grazia Chiuri de choisir les spectaculaires jardins en terrasse du château de Drummond comme cadre narratif. 

A l’ombre des pierres grises, la Directrice Artistique des collections féminines de la Maison crée du lien entre les époques et les cultures avec ce nouveau défilé à l’air libre. Ainsi, les photographies datant de la présentation printemps-été 1955 se transforment en imprimé ou se retrouvent appliqués le long d’une jupe plissée. Le kilt, vêtement typique écossais ainsi que le tartan et ses multiples variations de couleurs trouvent ici de nouvelles expressions. Christian Dior écrivait déjà dans Le Petit Dictionnaire de la mode : « C’est sans doute la seule étoffe fantaisie qui résiste aux modes » 

Parmi les matières favorites, le velours contraste avec les dentelles pour vêtir des cavalières contemporaines. Les longueurs alternent du court au long, les manteaux et les capes, comme une carte majestueuse de l’Écosse, protègent autant qu’elles enveloppent les corps féminins. Les coupes dessinent des manches aux effets surdimensionnés, des jupes froncées et des bustiers resplendissent de broderies. Inspirée par la figure de Marie Stuart, reine d’Écosse au destin tragique et brodeuse émérite, Maria Grazia Chiuri revisite le motif Millefleurs dans une version héraldique avec la licorne et le chardon, emblèmes écossais. Chaussées de bottes de pluie ou de cuissardes, les femmes Dior sont tour à tour punks ou romantiques. Le visage nu ou auréolé de perles, elles ont l’allure conquérante même vêtues de résilles légères comme tissées de lumière.