Carte blanche à l’artiste argentin Leandro Erlich au Bon Marché Rive Gauche

Distribution sélective

·

Jusqu’au 18 février 2018, l’artiste argentin Leandro Erlich propose une installation renversante au Bon Marché Rive Gauche. Entre trompe-l’œil, poésie et rêve, l’œuvre du plasticien-illusionniste, intitulée « Sous le ciel », efface les repères spatiaux temporels des visiteurs et les invite à modifier leur perception de la réalité.

Après Ai Weiwei en janvier 2016, et Chiharu Shiota en janvier 2017, c’est au tour de Leandro Erlich d’embarquer les visiteurs du Bon Marché Rive Gauche pour un nouveau voyage. Intitulée « Sous le ciel » en référence à une chanson d’Edith Piaf, l’installation de l’artiste argentin est une ode au ciel de Paris, à sa luminosité si particulière, à ses couleurs douces et changeantes au fil de la journée et des saisons.

Leandro Erlich

Réalisée spécialement pour Le Bon Marché Rive Gauche, l’œuvre s’écrit en plusieurs chapitres dans les différents espaces du grand magasin. Des formes légères et cotonneuses flottent dans les vitrines quand la verrière centrale dévoile un ciel bleu ponctué de quelques nuages. L’iconique escalator se métamorphose et conduit les clients qui l’empruntent vers une zone où réalité et rêve se confondent et où la force de l’imagination transforme les apparences. Et si le public préfère emprunter les ascenseurs, Leandro Erlich sème là aussi le trouble avec une illusion d’optique infinie.

Ascenseur du Bon Marché Rive Gauche / © Gabriel de La Chapelle

Reconnu internationalement pour ses œuvres in situ pleines de poésie et de profondeur, l’artiste argentin, qui a vécu plusieurs années à Paris, invite le visiteur à poser un autre regard sur ce qui l’entoure. En changeant le point de vue des visiteurs et leur perception des espaces, son œuvre joue avec les effets de trompe-l’œil, les espaces, l’histoire et l’architecture pour construire une fiction laissant une place importante à l’imagination.

« Sous le ciel », de Leandro Erlich, à découvrir au Bon Marché Rive Gauche jusqu’au 18 février 2018.