Parfums Christian Dior

LVMH ET L'ENVIRONNEMENT

Entre LVMH et la protection de l'environnement, la relation est ancienne, naturelle, durable. Comme dans toute activité humaine, nous utilisons l'air, l'eau, la terre qui nous entourent. Ce sont des biens universels, mais ils ne sont pas illimités. Il s'agit d'un capital que nous empruntons aux générations futures. Pour les individus, comme pour les entreprises, cet engagement implique un certain nombre de devoirs. Protection, prudence, précaution, autant de principes à respecter pour que demeurent conciliables développement économique et bien-être de l'humanité.

La démarche, pour LVMH, n'est isolée ni de nos valeurs, ni de nos métiers. C'est au nom des mêmes traditions que se fédèrent un art de vivre que nous défendons et la considération de l'humain qui s'impose à chacun. Etre présent dans le monde entier, de Rio à Kyoto, donne sans doute une meilleure appréciation de la fragilité de notre planète, des attentes, des espoirs, des dangers que ressentent collectivement six milliards d’hommes et de femmes.

Essences rares des parfums, raisins mûris au soleil des vignobles de Cognac ou de champagne, cuirs précieux qui font la maroquinerie, tissus fabriqués avec des gestes que les années n'ont pas changés, tout nous pousse à préserver la beauté des paysages, à protéger la biodiversité, à veiller sur la santé des consommateurs, sur l'innocuité des productions, sur la qualité irréprochable de produits vérifiés.

Face à cette perpétuelle évolution, délivrer une part de rêve et de plaisir n'exonère d'aucune responsabilité, d'aucune lucidité. D'une certaine façon, l'industrie du luxe, synonyme de beauté, plus que d'autres, doit viser l’exemplarité.

Mais il faut d'abord donner un cadre à cette volonté. Au nom des 100 000 salariés de notre Groupe, une charte définit nos critères et nos objectifs pour la protection de l'environnement. Au centre des structures de management, une direction de l'environnement diffuse quotidiennement la culture spécifique de l'étude d'impact et de la concertation autour de nos établissements, privilégie à tous les niveaux de production et dans chacune de nos actions les "meilleures pratiques" de l'écologie.

La protection de l'environnement n'est pas uniquement générosité ou philanthropie. Elle est pour préparer l'avenir une nécessité, pour les entreprises un facteur nouveau de progrès et compétitivité, pour la société une preuve tangible de liberté et de modernité. Un triple défi que LVMH a déjà relevé. La tradition est inséparable de l'innovation, la nature de la création.

Bernard Arnault

  • mail
  • print